Un weekend à Chamonix

Chamonix c’est le Mont Blanc, l’aiguille du Midi, la mer de glace, de superbes balades et paysages, pleins d’activités (canyoning, escalade, via-ferrata, alpinisme) mais surtout l’occasion pour moi de faire mon premier saut en parachute. J’en rêvais depuis longtemps, Olivia l’a fait ! Elle m’a offert ce premier saut dans cet endroit sublime : la vallée de Chamonix.

Se rendre à Chamonix (depuis Paris) :

Plusieurs options  :

  • En voiture : en n’en a pas… Sinon, 6 heures (sans s’arrêter et sans bouchon), 51,7 euros de péages et l’essence
  • En train : 7 heures de train avec 2 correspondances. Il existait avant des trains de nuits Paris Saint-Gervais, mais ça c’était avant…
  • En avion : Paris-Genève (55 minutes de vol) puis Navette (1h15) ou location de voiture.

Nous avons choisi cette dernière option (vol + navette), nous avons mis 6 heures porte à porte (en comptant les temps d’attente) à l’aller et 5 heures au retour.

L’arrivée :

Nous arrivons Jeudi soir vers 22 heures et filons à l’hôtel. Le saut est prévu Samedi. Nous logeons au Prieuré. L’hôtel est bien situé à 50m du centre. Les chambres ont vu sur le Mont Blanc. Il a été refait récemment et le personnel ainsi que les tarifs sont sympathiques. Quelques petits défauts mais rien de rédhibitoire : pas de PQ dans la chambre (rassurez vous on en a demandé à la réception), un seul mug, robinetterie un peu chaotique…

Chamonix est une petite ville (village) chic et charmante assez préservée qui attire les touristes du monde entier pour ses panoramas, ses activités et admirer la vue sur le Mont-Blanc depuis l’Aiguille du Midi. Nous y sommes allés à plusieurs reprises et nous aimons nous promener dans ses rues piétonnes après une rando, diner au bord de l’Arve, dépenser quelques euros au casino (pas le supermarché…). Chamonix est un classique mais aussi pour cela que nous l’aimons.

Une rando classique mais superbe :

Le vendredi nous avons prévu de faire une petite rando mais nous sommes en « mode » weekend et non rando. On se lève donc tranquillement ; petit-déj en terrasse au soleil avec vue sur le Mont Blanc puis direction l’office du tourisme afin de demander conseils pour une rando à la journée. On hésite : mer de glace depuis le plan de l’aiguille (on n’y a encore jamais été…) ou un autre classique le Lac Blanc.

Le lac Blanc via les lacs des Chéserys :

C’est partie pour le Lac Blanc ! Le point de départ se situe au niveau du col des Montets : depuis Chamonix direction Argentière puis col des Montets. Le départ se fait sur un parking en bordure de route à Tré le Champs. Un panneau indique la direction.

Nous avons fait la rando en boucle mais il est aussi possible d’y aller (plus rapidement et facilement) par le télésiège de la Flégère mais il est fermé en semaine. Arrivée au Lac Blanc il est possible de poursuivre jusqu’à Tré le Champs via Lacs des Chéserys ou de faire une boucle.

La « facilité » n’étant pas possible en semaine, ; on se dit qu’il y aura donc moins de monde et qu’après tout on est là pour marcher !

Nous nous rendons au point de départ en Stop. Olivia doute un peu au début mais au bout de 10 minutes un gentil monsieur accepte de faire un petit détour et nous dépose devant le point de départ !

Le panneau indique 2h40 pour se rendre au Lac Blanc. Pour des Parisiens non entraînés qui font quelques pauses ce sera 3 heures.

Information pratiques :

La rando est considérée de difficulté moyenne, le dénivelé est de 1050m, le point de départ situé à 1417m et d’arrivée à 2352m. Durée 4,5 à 5,5 heures de marche. Le sentier est bien balisé.

Il y a des échelles vers 1800m. Elles ne sont pas très difficiles à franchir mais peuvent effrayer certains surtout par temps de pluie.

La rando :

Oui ça grimpe, mais quelle vue ! Après 2h30 de marche on arrive aux lacs de Chesérys ; oui oui ; on n’est pas très rapide aujourd’hui. On aperçoit le refuge du Lac blanc à quelques mètres sur les hauteurs.

Derniers petits efforts et nous voilà !

Tout au long du chemin nous avons vu sur les glaciers et pour la finir la vue sur l’aiguille du Midi et le Mont Blanc.

Comme prévu il y a peu de monde, on croise quelques randonneurs et le Lac est à nous à l’arrivée.

Pause casse-croûte et photos avant de repartir ! Le temps se couvre et nous avons oublié les vêtements de pluies…. La descente est plus rapide et plus simple. On met quand même 2 heures…

30 minutes avant l’arrivée ; l’orage éclate et nous sommes trempés !

Heureusement, nous trouvons une voiture rapidement pour nous ramener à Chamonix. Rien de tel qu’une bière et une assiette de charcuterie pour se réchauffer !

On prend aussi une bonne douche chaude avant d’aller dîner. Nous optons pour une valeur sure : La Calèche. Spécialité savoyarde, déco kitch mais travaillée, ambiance montagne : ce sera une raclette !

De retour à l’hôtel, trop de difficulté pour s’endormir on est crevé après tous ces efforts 😉 J’ai néanmoins une petite appréhension pour demain…

Le grand saut :

Un peu d’attente :

Levé à 6h30, pour être à 8 heures à l’héliport. Grosse angoisse : il y a un brouillard à couper au couteau. Le saut est réservé depuis le mois de juin (nous sommes en septembre). On rencontre Claude avec qui je dois sauter : www.montblanc-skydive.com. Il est un peu tendu à cause de la Météo et nous dit que pour le moment il faut attendre… On check la webcam de l’aiguille du midi : grand bleu au-dessus de 2000m, la météo inique une éclaircie en fin de matinée. On patiente, on va prendre un petit-dej à coté puis on se dirige doucement de nouveau vers l’héliport. Le brouillard se lève doucement mais il est toujours la…

On fait quelques photos pour passer le temps.

Quand on arrive les personnes devant sauté à 9h et 10h sont aussi la… On attend…

Décollage :

Vers 12h on aperçoit le ciel bleu et la tout s’accélère. Claude vérifie que la zone d’atterrissage est dégagée, le pilote arrive et c’est parti ! Me voilà, harnaché, Claude me rappelle les consignes. Il est très directif mais je suis en confiance. On monte dans l’hélico, il y a un autre tandem avec nous.

La tension monte… L’hélicoptère est à 4900 m, la porte s’ouvre, le premier tandem s’avance et je le vois soudainement disparaître. Waou ! C’est à moi. Je m’avance au bord de l’hélico, je me mets debout sur le marchepied, un rapide coup d’œil en bas et hop ! Claude donne l’impulsion. C’est saisissant ! Une sensation encore jamais éprouvée. On a l’impression de voler et on se demande se qui nous arrive. Je reprends mes esprits en quelques secondes pour admirer le paysage. C’est grandiose ! Je vois le Mont Blanc, la mer de glace en tombant en chute libre à 200km/h.

Après 50 secondes environ le parachute s’ouvre, je me demande encore ce qui m’est arrivé. Claude me donne les commandes du parachute et nous tournons à droite ou à gauche. Il me montre le champ dans lequel nous devons nous poser. Atterrissage sans problème.

J’ai le sourire aux lèvres, je l’ai encore en écrivant. Si j’avais pu j’aurais recommencé tout de suite.

C’est expérience était vraiment unique pour moi et pour les amateurs de sensations fortes je vous le recommande vivement. Je me suis senti en sécurité à chaque instant et même si le saut est assez cher, le cadre et le fait de sauter d’un hélico sont uniques.

Il est 15 heures quand on retourne à Chamonix. Après toutes ces émotions déjeuner en terrasse et sieste au programme.

Claude nous amène le film à 18heures et on prend l’apéro ensemble.

C’était GÉNIAL !

Le lendemain, nous quittons le soleil de Chamonix pour retrouver la grisaille Parisienne.

Quel weekend !

2 réponses

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] décennies. Et si toutefois vous voulez un témoignage d’un week-end à Chamonix, en voici un : https://tripsandpics.fr/un-weekend-a-chamonix/. Sur la place de l’Eglise, se dresse une institution : l’imposante Compagnie des Guides. […]

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *